Show Buttons
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Google Plus
Partager sur Linkdin
Contact us
Hide Buttons

Le 22 avril, une première rencontre de militants lutte de classe

Le 22 avril s’est déroulé le premier tour social, Place de la République, à Paris. Depuis le meeting de lancement de cette initiative, le 16 février, au théâtre de la Belle Etoile de la Compagnie Jolie Môme, nous avons participé activement au succès de ce rassemblement militant.

2000 personnes, et plus d’une heure de meeting ! Le succès du 22 avril a été assuré non pas seulement par la longue liste de signataires, mais par la mobilisation de secteurs syndicaux déterminants dans l’aiguisement de la lutte des classes actuellement.

Nous citerons les postiers, EDF-GDF, les hôpitaux, les éboueurs, les universités, et les camarades guyanais ! Les interventions des militants syndicaux, notamment celles de Mickael Wamen, pour la CGT Goodyear et de Gaël Quirante pour SUD PTT 92, ont remis au cœur de l’initiative du premier tour social la nécessité d’unifier les luttes.

Yannick Sobaniak, de la CGT Hôpital Wattrelos, a dénoncé la loi Touraine, pour qui « la loi santé, c’est une loi anti-santé, comme la loi travail est une loi anti-travail ». Le syndicaliste a raconté en quelques mots la grève héroïque des personnels des EPHAD (maisons de retraites) qui généralement « sont des zones de non-droit ».

La détermination de l’ensemble des personnels s’est étendue sur 19 semaines, car « ils ont décidé de relever la tête, de ne plus subir le mépris à outrance des managers, les rappels à domicile en raison des restrictions budgétaires, alors qu’il y a de l’argent partout ».

Pour Cédric Liechti, secrétaire général de la CGT Energie, « l’important c’est que ce premier tour social ait eu lieu. ». Pour ce syndicaliste « fier d’être à la CGT », il faut «que nos centrales syndicales elles se bougent un peu le cul maintenant, qu’elles arrêtent de freiner et qu’elles coordonnent véritablement ! »

Le secrétaire général de la CGT Energie Paris a dénoncé la fin de la mobilisation contre la loi travail : « Qui a décidé le 15 septembre que le combat contre la loi travail était terminé ? Il n’ y a ucune base qui a décidé ça ![…] Ça fait belle lurette, que si les bases étaient écoutées, on aurait renversé ce pouvoir-là ! »

C. Liechti a ensuite ajouté, « c’est un crime aujourd’hui d’avoir des enfants d’ouvriers qui ne peuvent pas se chauffer l’hiver parce que c’est trop cher », rejoignant ainsi le mot d’ordre de la CGT Hôpital Wattrelos « une vraie loi santé qui soigne tout le monde, parce qu’aujourd’hui l’hôpital public est le bien de tout le monde ».

Mathieu, de la FERC SUP CGT 31, a également salué le premier tour social car «  aujourd’hui, on a réussi à mettre en œuvre concrètement notre mot d’ordre « pas de trêve sociale pendant la campagne électorale ».

Mathieu a également expliqué : « dans le secteur de l’enseignement supérieur, actuellement on paie les conséquences des contre-réformes pour détruire et privatiser l’université. Il y a eu la loi LRU en 2007, et puis la loi Fioraso en 2013. »

Il a également rappelé : « aujourd’hui près de 40 % des agents de l’enseignement supérieur sont des personnels précaires. Le processus de fusion c’est pour mettre en concurrence (…) faire de l’enseignement supérieur un marché ».

Depuis les 19 et 20 octobre (voir Internationaliste ° 170), lors du procès des Goodyear à Amiens, qui a réuni plus de 10 000 militants, aucune perspective n’avait été donnée pour repartir à l’offensive autour de revendications claires : l’abrogation de la loi travail, la levée de l’état d’urgence, la relaxe de tous les militants inculpés.

Ces trois revendications sont intrinsèquement liées, comme le montrent la participation et la mobilisation des comités de soutien Goodyear les plus actifs pour la réussite de ce rassemblement.

Il s’agit maintenant de les unifier dans la pratique et de les centraliser pour passer à l’offensive. 450 grèves par semaine, un million de jours de grève depuis le mois de janvier, 3 milliards d’euros obtenus pour le peuple guyanais … les conditions de la grève générale sont mûres !

Partager
Share On Twitter
Share On Linkdin
Contact us