Show Buttons
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Google Plus
Partager sur Linkdin
Contact us
Hide Buttons

Cinq ans de révolution en Syrie

Non au siège génocidaire d’Alep ! À bas Bashar Al-Assad ! Dehors Daesh !
Arrêt des bombardements de la Russie, des USA et de l’OTAN !
Solidarité avec le peuple rebelle syrien. À bas l’Eurpe forteresse !

Le 11 mars 2016

Le 15 mars est l’anniversaire des 5 ans du soulèvement populaire contre la dictature d’Al Assad en Syrie. Depuis 5 ans, pas un jour le peuple syrien n’a cessé de combattre héroïquement pour sa liberté contre la dictature et les envahisseurs divers.

Ils ont été soumis à des attaques massives, y compris à des bombardements permanents de centres de population, comme peu de peuples dans l’histoire. Plus de 300 000 morts et des millions de réfugiés dans des pays voisins, des centaines de milliers essayent d’entrer désespérément en Europe, des millions sont expulsés de leurs villes et de leurs logements en Syrie même.

Toutefois la lutte de son peuple continue. Une partie importante d’Alep, la ville la plus importante du pays économiquement , des quartiers de Damas et de dizaines villes et villages restent entre les mains de milices populaires rebelles, dont beaucoup sont groupées dans l’Armée syrienne Libre,et d’autres milices indépendantes. La majorité exprime la rébellion populaire, et sont des unités formées spontanément par de jeunes étudiants ou travailleurs dans chaque village pour faire face à la répression génocidaire.

Vendredi 4 mars, dans une centaine de villes libérées de Syrie, d’importantes manifestations populaires, avec la devise « la révolution continue », ont eu lieu. Une démonstration de force incroyable du peuple syrien, qui depuis cinq années est martyrisé avec des barils d’explosifs, des bombardements, des armes chimiques, des détentions et tortures massives, affamé par les forces du régime de Bashar al-Asad et ses alliés, Poutine et l’Iran, par les attaques des réactionnaires de Daesh et par les bombardements des USA et de sa coalition de 18 pays

Le premier responsable de ce génocide est le dictateur Al Assad, héritier d’une dynastie de 40 ans au pouvoir. Al Assad a été celui qui a entamé les bombardements contre des villes rebelles, d’abord avec des missiles et ensuite avec des barils chargés de bombes.

Le soit-disant État Islamique appelé Daesh est une organisation ultra-réactionnaire, armée par les monarchies pétrolières d’Arabie Saoudite et du Qatar qui sont aussi alliées à l’impérialisme. Daesh agit comme une « cinquième colonne » en divisant le front anti Bashar et en instaurant sa dictature réactionnaire dans des régions contrôlées auparavant par des secteurs populaires rebelles.

La Russie, qui a une base militaire sur la côte syrienne, est le principal appui de la dictature. Dès le début, la Russie envoyait des missiles, des bombes et autres armes à Al Assad. Maintenant, avec le prétexte de combattre Daesh,la Russie intervient directement en bombardant systématiquement, en réalité, les rebelles et la population civile pour favoriser l’avance des forces militaires de la dictature.

Les États-Unis, qui prétendent s’opposer à Al Assad, bombardent aussi la population civile avec le même argument. La Turquie, alliée aux Etats-Unis et aux membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (l’OTAN), protège discrètement Daesh parce que son objectif central est d’attaquer les Kurdes, minorité nationale opprimée sur son territoire et dans le nord de la Syrie.

Toutes ces puissances, impérialistes et régionales, n’agissent -ni ont agi- à aucun moment pour défendre la liberté du peuple syrien. Bien au contraire, elles agissent pour essayer de maintenir « le moindre mal » Bashar Al Assad et étendre leur propre domination.

La Russie et les États-Unis ont décidé récemment une « trêve » militaire, qui permettrait hypothétiquement que l’aide humanitaire arrive dans les villes assiégées. Mais la trêve est une farce parce que les bombardements continuent, avec le prétexte que « la trêve n’inclut pas les terroristes ».

C’est-à-dire que, la principale fonction de la « trêve », pactisée dans des réunions à Genève et Munich, est de soutenir la dictature de Bashar Al Assad et d’arriver à une « solution politique » dans laquelle les États-Unis et la Russie dirigent une « transition » qui maintient la dictature et protège leurs alliés respectifs et leurs intérêts.

En même temps, les gouvernements européens ferment les frontières avec tout type de lois qui expulsent, volent, emprisonnent, criminalisent les réfugiés. Tandis que les bombes tombent sur le territoire syrien, à Genève on prépare une cérémonie pour sauver le régime d’Al Assad. Il faut faire tomber tout ces murs et revendiquer le droit à la libre circulation de tous ceux qui fuient la guerre et les persécutions.

Dans des conditions extrêmes et sous les ruines, le peuple syrien essaye de construire un futur de liberté et de justice sociale qui sera seulement possible avec la chute du régime génocidaire. Cette lutte, le peuple syrien la mène contre les gouvernements de la région, les grandes puissances et Daesh. Il ne lui reste que la solidarité des peuples, qui jusqu’à présent a été diminuée par la paralysie d’un secteur de la gauche mondiale qui, ou bien appuie explicitement Al Assad et Poutine, ou bien ne fait rien.

Des milliers de Syriens, profitant d’une acalmie militaire relative, se sont mobilisés dans les rues d’Alep, de Homs et d’autres villes pour s’opposer à Al Assad et aux bombardements, démontrant que la révolution est toujours vivante. Dans la bataille pour Alep, se joue le destin du peuple syrien.

Nous appelons les peuples du monde à se solidariser avec le peuple rebelle d’Alep et de toute la Syrie. Nous, UIT-QI, soutenons les combattants et les milices rebelles sans accorder notre appui à leurs directions politiques. A bas Al Assad !Assez des bombardements de la Russie et de lIimpérialisme ! Non à Daesh ! Dehors la Turquie, l’Iran et la Syrie ! Unité des rebelles syriens et kurdes ! Que les gouvernements rompent les relations avec Bashar à l’Assad ! Non aux murs en Europe ! Libre circulation pour les réfugiés !

Unité Internationale de du travailleur-Quatrième International (UIT-QI)

Partager
Share On Twitter
Share On Linkdin
Contact us